Le Père Michel à la retraite 3.

Coronavirus et la réalité des chiffres

La cacophonie a commencé dès le début de la pandémie. Experts et politiques, s’épaulant ou s’invectivant, assenant des certitudes très incertaines devant ce nouveau virus, sont, en fait, confrontés à un grand point d’interrogation. Ce que l’on peut comprendre, mais pas excuser.

Devant l’inconnu, la réflexion et la modestie devraient s’imposer en priorité. Comme le disait avec son langage fleuri Coluche, grand sage du 20ème siècle: «Quand on sait rien, on a qu’à fermer sa gueule».

Le Père Michel aime les chiffres, surtout lorsqu’ils sont proposés par nos autorités officielles. Ces chiffres mis en perspective ont des rapports entre eux. Rapports qui signifient bien plus que les chiffres bruts dont ils sont tirés.

Venons-en aux chiffres de l’Office Fédéral de la Santé Publique, donc officiels. Annoncé froidement: «en Suisse sur une année 461’810 cas positifs, 7’268 décès» a de quoi attiser l’anxiété de la population et fait le beurre du «système des pharmas». Mais seuls 1,57% des cas positifs sont décédés ou encore 0,085% de toute la population. Tous décédés à cause du covid 19, de l’âge ou de maladies concomitantes? Qui peut l’affirmer? Par contre le restant des positifs, c’est-à-dire 98,43% n’ont pas eu de symptômes ou en ont guéri (chiffres officiels au 4.01.2021 mais contants depuis le début de la pandémie). Comment?

Coronavirus Chiffres Canton de Vaud Laboratoires Bioligo

Il est logique d’en déduire que, vu l’absence de traitement curatif (médicaments) ou préventif (vaccins), c’est l’IMMUNITÉ QUI A FAIT SON TRAVAIL. Car elle sait, de tout temps, ce qu’elle a à faire et a l’énergie nécessaire pour y parvenir. Le monde «scientifique» lui, cherche encore, tout en prétendant avoir déjà trouvé. Il serait aussi logique qu’intelligent, devant cette absence de solutions avérées, de soutenir l’immunité en renforçant son énergie de base avec les moyens traditionnels dont nous disposons. Et non avec des ersazts inconnus en ce qui concerne les médicaments ou évalués trop rapidement et avec légerté en ce qui concerne les vaccins. Question vaccins, il est urgent d’attendre une confirmation sur le long terme. Voilà pourquoi je ne me vaccinerai pas, bien que par mon âge (mais pas que) je fais partie des personnes à risque.

Pour assurer mon immunité à hauteur des risques, je recommande et je recours depuis le début de la pandémie aux méthodes complémentaires que la nature met à ma disposition:

Renforcer l’énergie de base à l’aide de catalyseurs est la démarche prioritaire des médecines alternatives. Lors d’une baisse d’énergie globale, le système immunitaire est le premier et le plus gravement débilité. Les médecines millénaires savent très bien les substances naturelles susceptibles d’y remédier : les oligoéléments, les molécules phytosanitaires, les huiles essentielles et diverses techniques. ça marche et depuis bien plus longtemps que la médecine «académique».

Utilisation des huiles essentielles Laboratoires Bioligo

L’incomparable efficacité des huiles essentielles.

Depuis la nuit des temps les huiles essentielles exercent leurs multiples actions protectrices, d’abord pour protéger les plantes dont elles sont issues, contre leurs agresseurs, mais aussi pour les animaux et les hommes qui, par instinct, ont compris ce qu’ils peuvent en tirer.

Nous savons à travers les découvertes archéologiques, les traditions orales ou d’anciens écrits que l’homme utilise les huiles essentielles dans de nombreux domaines, dont le plus important, celui de la santé. Les médecines traditionnelles chinoise, ayurvédique, tibétaine, aborigène, égyptienne, grecque, romaine, amérindienne, du moyen-âge jusqu’à nos jours témoignent de la pertinence et des bienfaits des huiles essentielles. À nos yeux, ces témoignages millénaires et sur des milliards de cas ont plus de poids que les tests auto-proclamés «scientifiques» par le lobby pharmaceutique. Ces tests obligatoires pour l’enregistrement des médicaments n’empêchent pas que nombre d’entre eux, d’abord agréés, soient retirés du marché suite à des effets secondaires non révélés lors des tests, soit par manque de résultat avéré à l’usage, soit pour être remplacé par un nouveau médicament plus rémunérateur.

La composition d’huiles essentielles de Cannelle, Tea-tree, Ravintsara, Girofle, Eucalyptus citronné, Myrte rouge, Carvi, Sariette des Montagnes, Niaouli, Lemongrass, Palmarosa, Litsea, Pin sylvestre, Épinette Noire diluées à 10% dans l’alcool que le Dr. Pascal Pointaire et moi-même avons proposée il y a plus de trente ans s’appuie sur ces connaissances ancestrales.

Ces 70 dernières années, de nombreuses études sur les actions bactéricides des huiles essentielles ont été faites par des scientifiques plus curieux que d’autres

1) Les aromatologues Pierre Francome et Daniel Pénoël, docteur en médecine, ont publié un livre exhaustif «L’Aromathérapie Exactement» relatant leurs propres expériences et citant celles d’autres scientifiques. Ils y démontrent particulièrement les multiples actions des huiles essentielles : bactéricides, viricides et stimulateur d’énergie immunitaire renforçant le terrain.

2) Le Professeur en biologie de Blasi avec qui nous avons collaboré pour démontrer l’action bactéricide de cette composition d’HE.

Pour le monde officiel de la santé, dans l’impasse devant l’ampleur de la pandémie, recourir aux médecines alternatives devrait être l’atout de prévention incontournable : elles renforcent le terrain préventivement et peuvent aussi assurer le traitement.

30 ans d’expérience et des dizaines de milliers de cas traités avec cette composition d’huiles essentielles nous permettent d’affirmer que

– Sur le plan curatif, l’action bactéricide de notre composition d’huiles essentielles est supérieure à celle des antibiotiques, comme l’ont démontré les travaux du Professeur de Blasi sur des bactéries résistantes à tous les antibiotiques. De plus, elles stimulent la résistance immunitaire contrairement aux antibiotiques qui l’abaissent.

–  Pour leur survie, les virus mutent continuellement. Or l’on constate que ceux qui prennent chaque jour les huiles essentielles à titre préventif n’attrapent JAMAIS la grippe saisonnière, mutation ou pas. Il est logique de supposer qu’en plus d’être bactéricides les huiles essentielles ont aussi, mutation ou pas, une action antivirale. Nous sommes en janvier 2021 et aucune alerte de grippe saisonnière à ce jour.

Quelques questions me turlupinent

– Cette composition d’huiles essentielles serait-elle efficacement antivirale au point d’agir, à la fois contre les infections bactériennes «ET» virales?.

– Le Covid 19 bloquerait-il ou prendrait-t-il la place d’autres virus ? Cela ouvrirait des perspectives bien intéressantes.

– Dans les statistiques du Covid 19, certains décès attribués à la pandémie auraient-ils dus l’être à un autre problème de santé concomitant?

– La mutation «anglaise» de ces derniers jours et les décisions politiques tout azimut exacerbent la panique de la population. Ne serait-il pas urgent d’approfondir les techniques et méthodes éprouvées par le temps, de leur consacrer des fonds pour des recherches sur leurs modes opératoires et leur efficacité?

– Le corona virus atteignant principalement les personnes âgées et/ou de santé fragile, les autorités sanitaires devraient utiliser en priotité ces thérapies naturelles sans effets secondaires pour ces «mal-portants» en état de faiblesse générale, principale cause de leur mortalité.

Les Dr. Francome et Pénoël écrivent : «Les réponses classiques aux infections virales étant très limitées, les huiles essentielles constituent une véritable manne pour traiter ces cas allant des plus banals aux plus redoutables. Les virus sont, en général, très sensibles aux molécules aromatiques et certaines pathologies virales graves sont susceptibles d’être nettement améliorées grâce à elles. Fait du plus haut intérêt, mis en lumière lors de recherches fondamentales et d’expérimentations cliniques, les cellules saines des patients soumis aux traitements aromatiques semblent pouvoir acquérir une résistance particulière vis à vis de la pénétration virale.

Les huiles essentielles que recommandent MM. Francome et Pénoël pour leur action antivirale : Ravensare, Eucalyptus, Malaleuca, Canelle font partie de notre composition à large spectre.

Partagez cette bonne nouvelle et bonne santé à vous tous.

Le Père Michel à la retraite

Lire la suite

Voir prochainement...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience